Skip to main content
padlock icon - secure page this page is secure

The social representation and reality of BSE's impact in North Central Alberta

Buy Article:

$52.00 + tax (Refund Policy)

Bovine Spongiform Encephalopathy (BSE), popularly known as ‘Mad Cow’ disease, was discovered in the late 1980s in Britain; in 1996, scientists announced a ‘probable’ link between eating BSE‐contaminated meat and a new form of Creutzfeldt‐Jakob disease, a fatal human brain disease. Britain's beef industry was devastated, beef consumption dropped, export markets closed and a mass cull of older cattle was implemented. This article uses social representation theory to analyze how Canada's 2003 BSE outbreak was portrayed to Canadians in major newspapers and compares this representation with BSE's impact in two rural Alberta counties. The day Canada's BSE case was reported, the United States closed its border to Canadian cattle and beef. The event was represented as ‘devastating’ to Canada's cattle and beef industries and rural areas in general, a view that went largely unchallenged and was critical to gaining government support for the affected industries. Little evidence of economic devastation was found in the heart of Alberta's cow‐calf producing area; producers adapted to their changing economic circumstances and acquired other sources of income. But there is little doubt that the financial uncertainty associated with BSE added to stress levels among farm families. L'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) connue sous le nom familier de ≪maladie de la vache folle≫ a été découverte en Grande Bretagne à la fin des années 1980. Des scientifiques ont annoncé en 1996 avoir établi un lien ≪probable≫ entre la consommation de la viande contaminée par l'ESB et une nouvelle forme de la maladie de Creutzfeldt‐Jakob qui est une maladie du cerveau mortelle pour l'humain. L'effet sur l'industrie bovine de la Grande Bretagne a été catastrophique, voyant chuter la consommation de buf et fermer les marchés d'exportation, alors que des mesures d'abattage massif du bétail plus âgé ont été prises. En se servant de la théorie de la représentation sociale, cette étude porte sur la façon dont les principaux quotidiens ont présenté aux Canadiens le déclenchement de l'ESB au Canada en 2003 et compare cette représentation avec l'impact de l'ESB dans deux comtés ruraux de l'Alberta. Le jour où le cas d'ESB canadien a été annoncé, les États‐Unis ont tout de suite fermé leur frontière aux bovins et au buf canadiens. On représentait l'événement comme étant une ≪catastrophe≫ pour l'industrie de l'élevage bovin et pour les milieux ruraux en général. Ce point de vue a rencontré peu de résistance et a été déterminant pour que le gouvernement accorde une aide aux secteurs industriels touchés. Il y a peu de preuves valables que la catastrophe économique puisse avoir frappé le cur de la production bovine en Alberta, étant donné que les producteurs se sont adaptés aux changements de la situation économique et ont pu trouver d'autres sources de revenu. Il reste que l'incertitude économique liée à l'ESB a aggravé le stress subi par les familles agricoles.

French
La représentation sociale et la réalité de l'impact de l'ESB dans le centre‐nord de l'Alberta
No References
No Citations
No Supplementary Data
No Article Media
No Metrics

Keywords: Alberta; beef industry; bovine spongiform encephalopathy; encéphalopathie spongiforme bovine; industrie bovine; social representation theory; théorie de la représentation sociale

Document Type: Research Article

Publication date: December 1, 2008

  • Access Key
  • Free content
  • Partial Free content
  • New content
  • Open access content
  • Partial Open access content
  • Subscribed content
  • Partial Subscribed content
  • Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
Ingenta Connect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more