Skip to main content
padlock icon - secure page this page is secure

‘The last frontier’: rationalizing the spread of farming into the boreal woods of Canada, c. 1910–1940

The full text article is temporarily unavailable.

We apologise for the inconvenience. Please try again later.

c

French
Au tournant du vingtième siècle, des rumeurs couraient que les terres à bon marché disparaîtraient, lesquelles avaient déterminé l'extension spectaculaire de la colonisation tout au long du siècle précédant. De fortes motivations animées principalement par les masses à la recherche de terres ayant la passion de l'agriculture, les ont poussées à remettre à plus tard la fin de la célèbre limite agricole. Partout au pays, des politiciens et fonctionnaires tenaient infiniment à l'idée du prolongement de la limite. Si c'était en raison d'un souhait subconscien't que la limite s'étende tout simplement à jamais, ou une crainte que sa disparition pourrait provoquer des perturbations sociales impossibles à prévoir, les politiciens ont favorisé l'expansion au-delà des terres fertiles connues. En 1910, la forêt boréale représentait la source principale de nouvelles terres. Beaucoup d'informations circulaient sur le nord, mais elles étaient plus largement accessibles par les représentants du gouvernement que par les simples chercheurs de terres. Malgré que les informations sur les conditions agricoles en bordure de la forêt boréale n'étaient pas encourageantes sauf à quelques endroits, la colonisation agricole indépendante et subventionnée se poursuivie jusqu'à dans les années 1930. Après une génération, deux exploitations sur trois connurent l'échec dans la plupart des jeunes colonies situées en zone boréale. Ce revers leur causa beaucoup de peine et poussa les représentants du gouvernement réticents à donner suite aux résultats scientifiques négatifs et à réévaluer la nostalgie liée à la limite. La Seconde Guerre mondiale a mis fin à la colonisation agricole dans le nord et a servi de prétexte à plusieurs personnes à tourner le dos à la ‘dernière limite’.
No References
No Citations
No Supplementary Data
No Article Media
No Metrics

Document Type: Research Article

Affiliations: Graduate Programme in Geography, York University, Toronto, ON, Canada M3J IP3 ( ), Email: [email protected]

Publication date: March 1, 2006

  • Access Key
  • Free content
  • Partial Free content
  • New content
  • Open access content
  • Partial Open access content
  • Subscribed content
  • Partial Subscribed content
  • Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
Ingenta Connect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more