Skip to main content

Tests of emigration in small mammals under experimental conditions

Buy Article:

$50.00 plus tax (Refund Policy)

Abstract:



Holding animals in enclosures that block emigration causes demographic abnormalities called "fence effects." Experimenters have built exits that require animals to move through unfavorable conditions to leave enclosures. There are doubts about whether individuals that cross these challenging exits are true emigrants. We tested whether an exit that required house mice (Mus musculus) to swim through a water-filled trough was used only by mice triggered to emigrate from an experimental enclosure. Also, we examined the responses of mice to the availability of resources and the presence of conspecific adult animals in a small enclosure with an exit and in an enclosure made by joining two single enclosures. All mice left a barren enclosure within 12 h but no mice left during 7-day trials in a resource-rich enclosure during spring and summer. At the end of trials with repeated introduction of pairs of mice, about 85% of resident mice were the first mice added. Nearly all mice added later left the enclosure. A relatively constant number of mice became residents in small enclosures and about 2.3 times as many mice resided in double enclosures. Mice readily found and used exits when motivated to leave and did not accidentally pass through exits during routine exploration. Thus, mice that stayed in enclosures were not "fenced in" by the water-filled exit and exhibited residency as in nature. Tests of exits should give ecologists confidence that animals can display normal residency and emigration behaviors in experimental settings. The defense of resources by residents and the emigration of excess animals resulted in a consistent limit to the number of animals able to reside in enclosures.

La rétention des animaux dans des enceintes qui empêchent la migration entraîne des anomalies démographiques appelées « effets de clôture ». Les chercheurs construisent souvent des sorties qui obligent les animaux à traverser des zones défavorables pour quitter l'enceinte. Il reste cependant des doutes au sujet des individus qui utilisent ces sorties, à savoir si ce sont véritablement des émigrants. Nous avons vérifié si une sortie qui oblige des souris domestiques (Mus musculus) a traverser à la nage une gouttière remplie d'eau n'était utilisée que par des souris qui étaient stimulées à migrer à partir des enceintes. Nous avons également examiné les réactions des souris à la disponibilité des ressources et à la présence d'animaux adultes conspécifiques dans une petite enceinte comportant une sortie et dans une enceinte obtenue par la réunion de deux enceintes simples. Toutes les souris ont quitté une enceinte sans ressources en moins de 12 h, mais aucune n'a quitté une enceinte riche en ressources au cours d'expériences de 7 jours au printemps et en été. À la fin des expériences où des couples de souris ont été ajoutés dans les enceintes à plusieurs reprises, environ 85 % des souris qui sont devenues résidantes étaient parmi les premières arrivées. Presque toutes les souris ajoutées par la suite ont quitté les enceintes. Un nombre relativement constant de souris sont devenues résidantes dans les petites enceintes et environ 2.3 fois plus de souris résidaient dans les enceintes doubles. Les souris trouvaient facilement les sorties et les utilisaient lorsqu'elles étaient motivées à partir et elles ne les traversaient pas accidentellement lors des explorations de routine. Les souris qui sont restées dans les enceintes n'étaient pas bloquées par les sorties remplies d'eau; elles y sont restées parce qu'elles ont adopté le statut de résidantes, comme en nature. Les tests sur les sorties devraient assurer les écologistes que les animaux sont capables de devenir résidants et de manifester des comportements d'émigration dans des montages expérimentaux. La défense des ressources par les résidants et l'émigration des animaux surnuméraires ont fait que le nombre d'animaux capables de résider dans les enceintes a atteint une limite constante.[Traduit par la Rédaction]

Document Type: Research Article

Publication date: December 1, 2002

More about this publication?
  • Published since 1929, this monthly journal reports on primary research contributed by respected international scientists in the broad field of zoology, including behaviour, biochemistry and physiology, developmental biology, ecology, genetics, morphology and ultrastructure, parasitology and pathology, and systematics and evolution. It also invites experts to submit review articles on topics of current interest.
  • Information for Authors
  • Submit a Paper
  • Subscribe to this Title
  • Terms & Conditions
  • Sample Issue
  • Reprints & Permissions
  • Ingenta Connect is not responsible for the content or availability of external websites

Access Key

Free Content
Free content
New Content
New content
Open Access Content
Open access content
Partial Open Access Content
Partial Open access content
Subscribed Content
Subscribed content
Free Trial Content
Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
Ingenta Connect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more