Free Content Knowing a medical doctor is associated with reduced mortality among sick children consulting a paediatric ward in Guinea-Bissau, West Africa

You have access to the full text article on a website external to ingentaconnect.

Please click here to view this article on Wiley Online Library.

You may be required to register and activate access on Wiley Online Library before you can obtain the full text. If you have any queries please visit Wiley Online Library

Download Article:

Abstract:

Summary Background  To examine equity in access to public health services in Guinea-Bissau. Methods  The study was conducted in 2000–2001 at the emergency clinic of the only paediatric ward in Bissau. Mothers of all children from the study area were interviewed about previous care seeking and relations with anybody working in the health sector. All management actions in the emergency clinic were registered. In-hospital and subsequent community mortality was ascertained through community surveillance. The measured outcome was mortality risk within 30 days of first consultation. Results  We followed 1572 children with a first consultation. Of these, 8.2% died within 30 days. Acquaintance with a physician reduced 30-day mortality risk by 48% (95% CI: 18–66). The effect was strongest among post-neonatal children (54%; 95% CI: 18–74). Mortality within 30 days of consultation was also independently predicted by consultation after 7pm, nurse team on duty, day of week and young mother. In a multivariate model, socioeconomic status and school education were not associated with 30-day mortality when acquaintance with a medical doctor was taken into account. Conclusion  Favouritism may be a significant factor for quality of care and child mortality in developing countries. Interventions to improve hospital and health worker performance should be given high priority.

French
Données de base 

Examiner l’équité dans l'accès aux services de santé publique en Guinée-Bissau. Méthodes 

Etude menée en 2000–2001 dans la clinique d'urgence de l'unique unité pédiatrique à Bissau. Les mères et enfants dans la zone étudiée ont été interviewés au sujet de précédents recours aux soins de santé et des relations avec toute personne travaillant dans le secteur de la santé. Toutes les actions de prise en charge dans la clinique d'urgence ont été enregistrées. La mortalitéà l'hôpital et subséquemment dans la communauté a été confirmée par une surveillance de communauté. Le résultat final mesure a été la mortalité endéans les 30 jours suivant la première consultation. Résultats 

1576 enfants avec une première consultation ont été suivis. Parmi eux, 8,2% sont décédés endéans les 30 jours. La connaissance avec un médecin réduisait de 48% (IC95%: 18–66) le risque de mortalité endéans les 30 jours. Cet effet était plus accentué chez les enfants en stade post-néonatal (54%; IC95%: 18–74). La mortalité endéans les 30 jours suivant la consultation était aussi indépendamment influencée par la consultation après 19 heures, par l’équipe infirmières en poste, par le jour de la semaine et par les jeunes mères. Dans un modèle multivarié, le statut socioéconomique et l’éducation scolaire n’étaient pas associés avec une mortalité endéans les 30 jours, lorsque la connaissance avec un médecin était prise en compte. Conclusion 

Le favoritisme peut être un facteur important dans la qualité des soins et la mortalité infantile dans les pays en développement. Une haute priorité devrait être accordée aux interventions visant à améliorer la performance des hôpitaux et des agents de la santé.
Related content

Tools

Favourites

Share Content

Access Key

Free Content
Free content
New Content
New content
Open Access Content
Open access content
Subscribed Content
Subscribed content
Free Trial Content
Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
ingentaconnect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more