If you are experiencing problems downloading PDF or HTML fulltext, our helpdesk recommend clearing your browser cache and trying again. If you need help in clearing your cache, please click here . Still need help? Email help@ingentaconnect.com

Free Content Cryptosporidiose humaine et espèces en cause en Haïti

You have access to the full text article on a website external to ingentaconnect.

Please click here to view this article on Wiley Online Library.

You may be required to register and activate access on Wiley Online Library before you can obtain the full text. If you have any queries please visit Wiley Online Library

Download Article:

Abstract:

Résumé

La cryptosporidiose constitue un problème majeur de santé publique en Haïti. Pour évaluer son impact chez les patients atteints du SIDA et les sujets contacts, les enfants en bas âge, et pour déterminer les espèces en cause par génotypage, une étude a été menée à Port-au-Prince, incluant l’étude de la viabilité des oocystes éliminés dans les selles des patients. De janvier 2000 à janvier 2001, sur 1.529 selles diarrhéiques provenant de patients suivis dans les Centres GHESKIO et d'enfants hospitalisés à l'hôpital de l'Université d’État d’Haïti, 158 (10,3%) ont montré la présence d'oocystes de cryptosporidies. Chez ces malades, 56 adultes sur 57 (98%) et 7 enfants sur 36 (19%) étaient VIH-positifs. Chez 102 sujets contacts examinés, un seul a été dépisté porteur sain de cryptosporidies du même génotype que celui de l'isolat trouvé chez le malade VIH-positif. Le génotypage par biologie moléculaire de 69 isolats de cryptosporidies a identifié trois espèces: Cryptosporidium hominis (41), C. parvum (26) et C. felis (2). C'est la première fois qu'est rapportée dans la Caraïbe l'infestation de deux patients VIH-positifs par C. felis. Les enfants généralement non infectés par le VIH sont dans 72% des cas parasités par C. hominis. Les adultes VIH-positifs sont parasités aussi bien par le génotype humain que par les génotypes animaux. Sur 18 isolats de cryptosporidies étudiés à l'aide d'un modèle expérimental (souriceau nouveau-né), la viabilité des oocystes a été confirmée pour 17 d'entre eux (12 C. hominis, 4 C. parvum, 1 C. felis). Le pouvoir infestant est dose-dépendant et plus élevé avec C. parvum qu'avec les deux autres espèces. Au moins trois espèces de cryptosporidies circulent en Haïti où la population pauvre vit dans des conditions d'hygiène précaires, et utilise pour sa consommation une eau polluée notamment par des fèces d'origine humaine et animale, dans un tissu urbain surpeuplé où les animaux domestiques se déplacent en toute liberté.

Keywords: Cryptosporidium felis; Cryptosporidium hominis; Cryptosporidium parvum; Haïti; cryptosporidiose; patients SIDA; péril fecal

Document Type: Research Article

DOI: http://dx.doi.org/10.1111/j.1365-3156.2006.01631.x

Affiliations: 1:  Service de Parasitologie et de Mycologie médicales, Faculté de Médecine et CHU d'Amiens, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France 2:  Service de Parasitologie, Faculté de Médecine-Pharmacie, Université de Rouen, Rouen, France 3:  Groupe Haïtien d’Étude du Syndrome de Kaposi et des Infections Opportunistes (GHESKIO), Port-au-Prince, Haïti 4:  Laboratoire Ecologie du Parasitisme, Institut Pasteur de Lille et Département Universitaire de Microbiologie, Parasitologie-Mycologie (EA 3609), Lille, France

Publication date: June 1, 2006

Tools

Favourites

Share Content

Access Key

Free Content
Free content
New Content
New content
Open Access Content
Open access content
Subscribed Content
Subscribed content
Free Trial Content
Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
ingentaconnect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more