Le paludisme d'importation à Strasbourg: une étude épidémiologique, clinique, biologique et thérapeutique

$48.00 plus tax (Refund Policy)

Download / Buy Article:

Abstract:

Nous avons mené une enquête rétrospective portant sur 210 sujets hospitalisés de 1984 à 1995, ayant tous présenté un accès de paludisme, confirmé par la présence de trophozoïtes sur le frottis ou la goutte épaisse. Nous avons analysé les données épidémiologiques, cliniques, biologiques et thérapeutiques. Le nombre de cas annuels augmente progressivement, avec un maximum atteint en 1995. Il existe des variations saisonnières correspondant à l'augmentation des voyages dans les pays d'endémie, en janvier et d'août à octobre. On met en évidence une majorité de contamination en provenance d'Afrique. Dans ce continent, l'espèce la plus fréquente est Plasmodium falciparum. L' âge moyen des patients est de 33 ans. Les manifestations cliniques sont souvent polymorphes; les signes les plus fréquents sont: fièvre, frissons, sueurs et céphalées. Sur les 210 cas, nous avons recensé 15 formes graves selon la définition de l‘OMS avec deux accès pernicieux à proprement parler, tous d'évolution favorable après la mise en route du traitement. Nous avons observé 5 cas de paludisme chez des femmes enceintes. Deux d'entre elles ont fait un accès grave, dont un accès pernicieux typique. Parmi les anomalies biologiques marquantes, on note: la thrombopénie, les stigmates d'hémolyse, l'hypocholestérolémie et l'hypertriglycéridémie. On ne connait pas la signification de ces deux derniers éléments, malgré leur grande fréquence. L'hypertriglycéridémie semble plutôt associée aux formes graves de paludisme. L'analyse de la prophylaxie montre que la majeure partie des accès est en rapport avec une prophylaxie absente, mal prise, ou inadaptée au pays visité. Ceci confirme l'importance de l'information aux voyageurs. Le traitement des accès évolue en fonction de l'arrivée sur le marché des nouveaux produits qui tour à tour voient émerger de nouvelles résistances. Parmi ces traitements, la quinine reste la référence thérapeutique.

Keywords: Plasmodium; epidemiology; malaria

Document Type: Original Article

DOI: http://dx.doi.org/10.1046/j.1365-3156.1997.d01-154.x

Affiliations: Service des maladies infectieuses et tropicales, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France

Publication date: October 1, 1997

Related content

Tools

Favourites

Share Content

Access Key

Free Content
Free content
New Content
New content
Open Access Content
Open access content
Subscribed Content
Subscribed content
Free Trial Content
Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
ingentaconnect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more