Skip to main content

Involvement of phytoplasmas in a decline of Ulmus chenmoui in Central Italy

Buy Article:

$51.00 plus tax (Refund Policy)

Abstract:

To verify the role of phytoplasma infections in a decline of in Central Italy, two plots of seedlings established in two locations were studied. Roots and twigs with leaves were sampled in June and in September 1996 from 11 plants located at San Rossore (Pisa), and in July 1996 and September 1997 from nine plants at Presiola (Ravenna). The plants at San Rossore showed a generalized decline consisting of small, pale green leaves and death of small twigs, whereas those at Presiola had an healthy appearance in 1996 and started to decline in 1997. Molecular analyses resulted in the identification of elm yellows-related phytoplasmas in three out of the twenty plants examined (two from San Rossore and 1 from Presiola). The same phytoplasma was identified in both locations in yellows-diseased elm hybrids employed as positive controls. Phytoplasmas belonging to other groups were also detected in one plant and in weeds and insects tested from the Presiola plot. Restriction fragment length polymorphism analyses on 16Sr DNA, spacer region and ribosomal protein fragment coding for the 3′ end of and the entire genes, did not show a genetic variability in elm yellows phytoplasmas detected in . No differences among these isolates, phytoplasmas infecting other elm species in these plots and the reference elm yellows isolates were found.

French
Résumé

Présence de phytoplasmes chez des Ulmus chenmoui dépérissants en Italie

Pour vérifier le rôle des phytoplasmes dans un dépérissement observé sur Ulmus chenmoui en Italie centrale, deux placettes de semis ont été définies dans deux sites. Des racines et des tiges feuillées ont étééchantillonnées en juin et en septembre 1996 sur 11 U. chenmoui situés à San Rossore (Pise), et en juillet 1996 et septembre 1997 sur 9 U. chenmouià Presiola (Ravenne). A San Rossore les plants présentaient un dépérissement général avec des feuilles petites, vert pâle, et de petits rameaux morts. A Presiola, les plants étaient d'apparence saine en 1996 puis avaient commencéà dépérir en 1997. Les analyses moléculaires ont permis d'identifier des phytoplasmes apparentés à la jaunisse de l'orme chez trois plants sur les vingt examinés (deux à San Rossore et un à Presiola). Le même phytoplasme a été identifié dans les deux sites chez des ormes hybrides jaunissants utilisés comme témoins positifs. Des phytoplasmes appartenant à d'autres groupes ont aussi été détectés chez un U. chenmoui et chez des mauvaises herbes et des insectes testés à Presiola. Des analyses par RFLP des fragments d'ADN 16Sr, de l'espaceur intergénique, d'un fragment codant l'extrémité 3′ de la protéine ribosomique rpl22 et la totalité du gène rps3, n'ont pas montré de variabilité génétique chez les phytoplasmes du jaunissement de l'orme détectés sur U. chenmoui. Aucune différence n'a été trouvée parmi ces isolats, ni avec les phytoplasmes infectant les autres espèces d'orme dans les placettes, ni avec les isolats de référence de la jaunisse de l'orme.

Document Type: Research Article

DOI: https://doi.org/10.1046/j.1439-0329.2002.00290.x

Affiliations: 1: DiBA, Dipartimento di Biotecnologie Agrarie, University of Florence, Florence, Italy; 2: DiSTA, Patologia Vegetale, University of Bologna, via F. Re, 8, 40126, Bologna, Italy;

Publication date: 2002-08-01

  • Access Key
  • Free content
  • Partial Free content
  • New content
  • Open access content
  • Partial Open access content
  • Subscribed content
  • Partial Subscribed content
  • Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
Ingenta Connect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more