Skip to main content

Rural population change in Nova Scotia, 1991–2001: bivariate and multivariate analysis of key drivers

Buy Article:

$48.00 plus tax (Refund Policy)

Abstract:

Depopulation is a major demographic and economic issue in Nova Scotia, as it is in many of Canada's hinterland areas. Indian Reserves excepted, two-thirds of rural census subdivisions declined in population between 1991 and 2001, and this decline has serious economic and social consequences. By contrast, a small minority of seemingly ‘rural’ areas is experiencing excessive population growth through exurbanisation. This article combines map and graph analysis with simple regression and multivariate techniques to analyse the key drivers of recent population change. It is shown that such change is strongly and predictably related to unemployment rate, income and population density and moderately related to resource-industry employment, proximity to a major urban centre and commuting. These six variables are interrelated, however, and their separate contributions are explored through principal component analysis and multiple regression. Two variables—resource-industry employment and urban proximity—are identified as key root causes, indicative of separate factors. Findings are related to the Drudy–Gilg model of rural decline, and their policy implications are briefly discussed.

French
Les changements au sein de la population rurale de la Nouvelle-Écosse entre 1991–2001: une analyse bivariée et multivariée des éléments moteurs. Comme c'est le cas dans plusieurs zones de l'hinterland canadien, la dépopulation est une question démographique et économique préoccupante en Nouvelle-Écosse. À l'exception des réserves indiennes, les deux tiers des secteurs de recensement ruraux ont subi une baisse de population entre les années 1991 et 2001. Ce déclin provoque des conséquences majeures en matière économique et sociale. À l'opposé, une faible minorité de localités d'apparence « rurale » connaît une vive croissance de population accentuée par un mouvement d'exurbanisation. Cet article associe l'analyse cartographique et graphique aux techniques de régression simple et multivariée pour effectuer une analyse des éléments moteurs à l'origine des variations dans la population. Il est démontré que les changements sont fortement et assez naturellement associés au taux de chômage, au revenu et à la densité de la population, et qu'ils sont légèrement associés à l'emploi dans l'industrie des ressources, à la proximité d'un centre urbain de taille importante et au déplacement domicile-travail. Ces six variables sont pourtant reliées entre elles. Leurs contributions individuelles sont alors explorées à l'aide d'une analyse à composante principale et d'une régression multiple. L'emploi dans l'industrie des ressources et la proximité urbaine sont deux variables qui figurent parmi les causes déterminantes qui renvoient, en l'occurrence, à des facteurs distincts. Les constats sont examinés en fonction du modèle Drudy–Gilg sur le déclin rural et leurs implications sur les politiques sont brièvement abordées.

Document Type: Research Article

DOI: http://dx.doi.org/10.1111/j.0008-3658.2005.00088.x

Affiliations: Department of Geography, Saint Mary's University, Halifax, NS, Canada B3H 3C3 ( ), Email: hugh.millward@smu.ca

Publication date: June 1, 2005

bpl/cag/2005/00000049/00000002/art00005
dcterms_title,dcterms_description,pub_keyword
6
5
20
40
5

Access Key

Free Content
Free content
New Content
New content
Open Access Content
Open access content
Subscribed Content
Subscribed content
Free Trial Content
Free trial content
Cookie Policy
X
Cookie Policy
ingentaconnect website makes use of cookies so as to keep track of data that you have filled in. I am Happy with this Find out more